Avertissements

 

Ce Livre est gratuit et ne peut en aucun cas constituer une source de commerce.

 

Vous êtes libres de copier ce Livre pour vos prédications, ou pour le distribuer, ou aussi pour votre Évangélisation sur les Réseaux Sociaux, à condition que son contenu ne soit en aucun cas modifié ou altéré, et que le site mcreveil.org soit cité comme source.

 

Malheur à vous, agents de satan cupides qui tenterez de commercialiser ces enseignements et ces témoignages!

 

Malheur à vous, fils de satan qui vous plaisez à publier ces enseignements et ces témoignages sur les Réseaux Sociaux tout en cachant l'adresse du site Internet www.mcreveil.org, ou en falsifiant leurs contenus!

 

Sachez que vous pouvez échapper à la justice des hommes, mais vous n'échapperez certainement pas au jugement de Dieu.

 

Serpents, race de vipères! Comment échapperez-vous au châtiment de la géhenne? Matthieu 23:33

 

JEÛNE ET PRIÈRE POUR LE CAMEROUN

 

Bien-aimés et chers frères en Christ, la situation du Cameroun devient de plus en plus inquiétante, et il est urgent que nous nous y penchions sérieusement. Comme vous l'avez déjà suivi, le Cameroun défraie la chronique depuis plusieurs mois maintenant, avec la guerre civile qui a commencé il y a trois ans de cela dans la région Ouest de ce pays, et la crise post-électorale qui s'y est ajoutée depuis le mois d'octobre 2018, sans oublier la guerre contre la secte islamiste Boko Haram dans la partie Nord du pays, qui est toujours en cours.

 

La situation est devenue tellement préoccupante qu'une tranche de l'armée regroupée sous l'appellation de Comité Honneur et Fidélité à la République (CHFR) a décidé d'intervenir avant qu'il ne se fasse trop tard. Ces vaillants soldats qui ont choisi de ne pas se faire complices du bain de sang que les satanistes au pouvoir sont sournoisement en train de planifier, s'engagent à prendre leurs responsabilités, et combattre pour le peuple, et non plus contre le peuple comme ils ont été contraints de le faire dans le passé. Si Dieu n'intervient pas, ce qui se prépare au Cameroun sera l'un des plus grands génocides de l'histoire.

 

Vous êtes donc appelés à jeûner et prier pour ce pays, et à le faire sérieusement. Vous ne pouvez pas rester passifs et laisser les plans de lucifer s'accomplir comme si vous n'existiez pas. C'est à vous, Enfants de Dieu, Chrétiens nés de nouveau de tous les pays du monde, de vous lever et faire échouer ce projet satanique que la France et les démons qui sont au pouvoir au Cameroun, sont en train d'organiser. Pour vous aider à mieux comprendre la situation du Cameroun avant de savoir comment prier, nous mettons à votre disposition la déclaration que ce groupe d'officiers de l'armée a faite. Cette déclaration dont l'authenticité est avérée, date du 22 mai 2019. Elle vous aide à comprendre l'essentiel du problème de ce pays.

 

(Début de la Déclaration du C.H.F.R)

 

DÉCLARATION DU COMITÉ HONNEUR ET FIDÉLITÉ À LA RÉPUBLIQUE (C.H.F.R) SUR L'ÉTAT DE SANTÉ DU PRÉSIDENT PAUL BIYA, LA TENTATIVE DE SUCCESSION DE GRÉ À GRÉ EN COURS, LES CRISES MULTIFORMES ET LE SOUTIEN DU DIALOGUE INCLUSIF

 

Nous, les officiers, sous-officiers, soldats et autres éléments des forces de défense, membres du Comité Honneur et Fidélité à la République (C.H.F.R) intervenons dans le débat sur la marche de notre pays en ces heures graves après une longue, discrète et très attentive observation.

 

Nous ne sommes pas un groupe de militaires engagés dans un processus de coup d'État. Nous sommes apolitiques et n'entendons soutenir aucun des acteurs officiellement ou officieusement engagés dans la course pour la succession du président Paul Biya. Notre seul parti c'est le Cameroun et le peuple dont nous sommes issus.

 

Notre déclaration intervient deux jours après la fête de l'unité, l'assassinat barbare par balles du bébé Martha à Muyuka dans le cadre de la sale guerre que le pouvoir politique nous a imposée contre nos frères des deux régions anglophones. Nous adressons nos sincères condoléances à ses parents et à sa famille. Le communiqué du ministère Sadi sur cette douloureuse affaire est inapproprié car il laisse penser que le gouvernement veut cacher la vérité. Le plus simple aurait été d'annoncer l'ouverture d'une enquête et parallèlement de présenter les condoléances de l'État aux parents du bébé.

 

Elle intervient aussi après que la communauté nationale et internationale a découvert, lors du défilé au Boulevard du 20 mai, et davantage lors de la cérémonie donnée au Palais de l'Unité, combien le chef des Armées est affaibli et diminué au plan de sa santé. Cette dégradation de la santé du chef de l'État remet au cœur des débats la question de la délégation permanente de pouvoir que détient Monsieur le Secrétaire Général de la présidence, Ministre d'État, Ferdinand Ngoh Ngoh. Maintenant que cette affaire de délégation permanente de signature est rendue public, la manœuvre va consister à faire multiplier de pseudo délégations à des hommes de paille pour tenter de dissimuler la réalité du gré à gré que gère Ngoh Ngoh. C'est pour préparer sa prise du pouvoir à travers le contrôle de la haute administration que madame Biya et Ngoh Ngoh ont nommé un apprenti magistrat à la tête de l'École Nationale d'Administration et de la Magistrature (ENAM).

 

Elle intervient enfin, après le scrutin présidentiel du 7 octobre 2018 dont le verdict reste querellé plusieurs mois après l'annonce des résultats officiels; et dans le cadre duquel le Pr Maurice Kamto et plusieurs de ses soutiens et partisans ont été placés en prison après les marches pacifiques du 26 janvier 2019.

 

Nous voulons informer le peuple camerounais qu'au cœur de l'État se trame un complot contre sa souveraineté. Ce complot est l'œuvre de quelques personnalités qui profitent du grand âge du président de la République, et surtout de son grave état de santé, pour asseoir le projet de s'emparer du pouvoir.

 

Le chef d'orchestre de cette tentative d'usurpation du pouvoir présidentiel est M. Ferdinand Ngoh Ngoh, tutoré par Madame Chantal Biya malgré son propre état de santé. À dessein, celle-ci a mis depuis longtemps déjà en place une stratégie visant à soustraire le chef de l'État de sa famille biologique et de ses collaborateurs qu'elle ne contrôle pas.

 

Ce duo qui ne dissimule pas son projet d'exclure les Bulus de la transmission, contrôle une équipe choc composée de Mbarga Nguélé, l'inoxydable Délégué Général à la Sûreté Nationale dont la jeune épouse est étroitement liée à madame Chantal Biya; le commissaire divisionnaire Eko Eko Léopard Maxime, tortionnaire et sanguinaire patron de la Direction Générale de la Recherche Extérieur (DGRE); du Secrétaire d'État à la Défense (SED) Gallax Yves Landry Etoga, de M. Paul Atanga Nji sulfureux et nocif ministre de l'administration territoriale (MINAT), du corrompu Directeur de la Sécurité Présidentielle (DSP) le général Ivo Dessancio Yenow et de quelques éléments de l'état-major particulier du président de la République; du ministère de la justice Laurent Essoh, d'Emmanuel Sadi, du traître de la communauté Bulu, Jacques Fame Ndongo dont les pratiques sexuelles peu orthodoxes y compris au sein de sa famille sont bien connues et les éléments de preuves archivés, l'éternel traître Luc Sindjoun lui aussi aux mœurs sexuelles spéciales, du richissime et arrogant directeur adjoint du Cabinet civil, Baboké Oswald, etc.

 

En appui à cette équipe de choc, on a quelques fonctionnaires, notamment de l'administration territoriale, de la police et des médias à capitaux publics bien identifiés. À titre d'exemple, le vieux et fatigué préfet du Mfoundi c'est à dire la capitale Yaoundé, les Gouverneurs affairistes de certaines régions dont celles des régions du Sud-Ouest, du Centre, du littoral, de l'ouest, de l'extrême Nord, du nord, Monsieur Charles Ndongo, DG de la radio et de la télévision publiques (qu’il a baptisé les Tam-Tam du président), Madame Marie Claire Nnana, DG du quotidien public Cameroun Tribune.

 

Outre l'équipe des barbouzes de la DGRE, celle de la Sécurité Militaire (SEMIL) du tortionnaire assassin Colonel Joël Bamkoui qui blanchi l'argent qu'il vole ou extorque dans l'agriculture, des équipes spécialisées de la gendarmerie au SED, le Groupement Spécial d'Opération dirigé par le brutal commissaire divisionnaire Pigui Ngosso Éloi Gaëtan, le corrompu, connu depuis son passage à la police des Frontières, du Directeur de la Police Judiciaire, Jacques Djili.

 

Que ce soit au sujet de la guerre contre la nébuleuse islamique Boko Haram dans la partie septentrionale du pays, de la guerre civile contre nos frères dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, de la mascarade électorale du 7 octobre 2018 et surtout de la répression sauvage des marches pacifiques de monsieur Maurice Kamto et de ses partisans, les Camerounais doivent savoir que c'est ce clan qui est à la manœuvre.

 

Dans la guerre contre Boko Haram, M. Ferdinand Ngoh Ngoh a, à travers les détournements de l'argent des rançons, entretenu des combats meurtriers. Le moment venu nous rendrons public des documents et des témoignages terribles sur cette guerre qui a permis à Ngoh Ngoh lui-même et à quelques hauts commis de l'État de bâtir des fortunes sur le sang de nos camarades et frères d'armes, et sur celui du peuple. Le décès du député Abba Malla Boukar de Mora ne doit pas amener M. Ngoh Ngoh et les autres membres de son gang à croire que la République a déjà tourné la page. Un de ces Complices dans le vol de l'argent des rançons est un homme d'affaire de la ville de Maroua que lui et Maxime Eko Eko ont élargi alors que des faits graves l'accablent. Deux hauts fonctionnaires des services l'un en poste à Maroua et l'autre à Amchidé qui en savaient assez sur la gestion criminelle de l'argent sorti du trésor public pour les "négociations" de la libération des otages de Boko Haram, ont été complaisamment élargis par Maxime Eko Eko et son homme de main, le commissaire Ze. Le très redouté patron de l'antenne DGRE du Camp BIR de Maroua Salak. Amadou Ali devra lui aussi s'expliquer sur cette affaire de Boko Haram, malgré qu'il ait lui-même été victime des membres de la nébuleuse. Des preuves de ses contacts avec les leaders de la secte existent. De plus, l'actuel gouverneur de la région de l'Ouest, Augustin Awa Fonka, peut toujours apporter des éclaircissements à toute commission d'enquête.

 

Le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yegue Djibril, parlant des complices de la secte n'avait-il pas déclaré devant la chambre: "Nous le savons, beaucoup sont parmi nous, les uns tapis dans l'ombre, les autres très actifs mais dans l'hypocrisie (..)".

 

Au sujet de la guerre civile que les mafieux qui gravitent autour du pouvoir ont engagée en abusant de la maladie du chef de l'État, le peuple doit savoir qu'elle n'était en aucun cas nécessaire. Dans les deux régions anglophones, le problème dès le début était uniquement politique, pas militaire. Il demeure d'ailleurs politique. L'armée ne peut être la solution au drame sécuritaire, humanitaire, économique qui se joue dans ces deux régions.

 

Cette guerre a été engagée par les faucons du clan Ngoh Ngoh, les hauts responsables corrompus de l'armée, la DGRE qui, a cru devoir éprouver ses soi-disant éléments de combat. La DGRE, la SEMIL et le GSO portent une très lourde responsabilité dans le déclenchement de la guerre.

 

Le Lieutenant-Colonel Ba'Ana Jacques Alain, commandant du 21e bataillon d'infanterie Motorisée de Buea, sous les ordres du général de brigade "des palais" Donatien Melingui Nouma qui se présente comme le grand spécialiste du terrorisme et du grand banditisme, a monté une funeste unité de tueurs dont la responsabilité dans le basculement des opérations de maintien de l'ordre renforcé à la guerre a été tragiquement décisive. Pendant ce temps, le corrompu et vieux général de division Saly Mohamadou, commandant la 2eme région interarmées pillait les primes des soldats et distribuait une partie à ses jeunes amazones qui peuplent ses services administratifs. Il faut rappeler que le colonel Ousmanou Babikir a été humilié par la haute hiérarchie pour avoir pris des mesures ordinaires d'un chef responsable qui tient à l'image et a l'honneur de l'armée.

 

Tout ceci n'a pu se faire que parce que l'armée camerounaise n'est pas commandée. À sa tête se trouve un vieillard, mal voyant et malade qui n'a d'intérêt pour l'armée que la gestion totalement libre de son budget. Tous ses grands collaborateurs que sont les chefs d'état-major de l'armée de terre, de la marine, de l'armée de l'air, du corps des sapeurs-pompiers et le général, Directeur de la Coordination centrale de la gendarmerie nationale (DCC), sont des affairistes notoires pour qui, la guerre civile dans les régions anglophones était avant tout un business de plus. Peu importe les pertes dans les rangs et parmi les populations civiles. En temps opportun, nous communiquerons sur le business de la guerre contre nos frères Anglophones au prix de la vie de nos jeunes soldats mal équipés et pas protégés. L'armée camerounaise est une grande malade rongée par la corruption, l'affairisme, la promotion sur des critères peu professionnels, le grand âge de ses responsables au sommet, le manque de patriotisme etc.

 

S'agissant du scrutin présidentiel du 7 octobre 2018, les Camerounais doivent enfin être informés que le président Paul Biya a été contraint à se représenter. Conscients de son état de santé, son épouse et son clan dont la figure est Ferdinand Ngoh Ngoh ont organisé leur plan pour le "porter candidat à l'insu de son plein gré", arracher sa réélection et exercer le pouvoir par usurpation. C'est dans cette articulation qu'il faut inscrire la grossière mascarade du Conseil Constitutionnel, la nervosité policière orchestrée par le DGSN et le SED, le très curieux gouvernement de l'après élection qui a révélé que c'est bien Ferdinand Ngoh Ngoh, sous la tutelle de madame Biya, et protégé par la DGRE, le DGSN et les hommes du colonel Joël Émilie Bamkoui, qui a pris les rênes du pouvoir.

 

Nous pouvons révéler que c'est lui qui a fait arrêter le Pr Maurice Kamto, ses alliés et ses partisans dans les conditions qui sont désormais connues et décriées par la communauté internationale.

 

C'est en effet, sous ses ordres que la machine policière et judiciaire a été enclenchée contre eux avec l'intention claire de les éliminer politiquement, si ce n’est physiquement.

 

Les magistrats militaires ont été préférés à leurs collègues civils car Ngoh Ngoh et son clan ont profité de la santé désormais dégradée du président de la République pour s'emparer du dossier très compromettant qui accable nos camarades qui prétendent rendre la justice. Nous aussi avons sécurisé une copie de ce fameux dossier sur la magistrature militaire pour lequel, curieusement, leur complice civil croupit depuis en prison. Nous en appelons aux camarades encore patriotes et républicains, et notamment à ceux du deuxième bureau de la garde présidentielle (GP), car la DSP n'est plus loyale au président de la république, de redoubler de vigilance car madame Biya et Ngoh Ngoh tentent de s'emparer des dossiers sensibles au Palais d'Étoudi.

 

Maintenant que la communauté internationale s'est saisi de l'affaire Kamto, et après que le 20 mai les Camerounais aient vu en direct lors de la réception du couple présidentiel au Palais que le chef de l'État n'est plus maître de ses gestes, et donc certainement de ses actes, les membres du clan projettent une élimination pure et simple du Pr Maurice Kamto et de ses partenaires actuellement emprisonnés à la prison principale de Yaoundé. Toutes les options sont envisagées, l'empoisonnement, un soulèvement à la prison avec une mission précise assignée à des agents infiltrés, et en cas de grosse mobilisation programmée de leurs partisans prévue le 8 juin dans la capitale, une attaque armée de la prison par un escadron spécial.

 

Nous, les officiers et autres membres du Comité Honneur et Fidélité à la République, sommes opposés à tout projet pouvant aggraver les tensions dans le pays.

 

Nous avons des éléments qui attestent que des personnalités importantes de l'État sont aussi dans le viseur de clan Ngoh Ngoh, Eko Eko, Mbarga Nguélé, Etoga Galax, Atanga Nji etc. Notamment, un important ministre originaire du département du Dja et Lobo, également vu comme un rival. Même le ministre Esso qui est pourtant un de leurs alliés objectifs dans la neutralisation de monsieur Kamto et de ses partenaires, n'est à l'abri de rien.

 

Nous sommes aussi à mesure d'informer le très vieux et grabataire Marcel Niat, président du sénat et donc successeur constitutionnel, qu'il doit prier pour que le président Biya ne meure pas avant lui.

 

En définitive, les Camerounais et la communauté internationale doivent dès à présent savoir que ce n'est plus le président Paul Biya qui gouverne mais plutôt des usurpateurs patronnés par l'épouse de ce dernier.

 

Nous sommes pour la fin de la guerre contre nos frères Anglophones et pour le dialogue inclusif traitant entre autre de la forme de l'État, de la révision constitutionnelle, de la réforme du système électoral et du nouveau rapport politique-Armée.

 

Nous prévenons que nous ne laisserons pas les usurpateurs du pouvoir continuer à enfoncer le pays et appellerons bientôt à la démobilisation de l’armée dans ce conflit fratricide.

 

Nous savons que ce clan a le soutien aveugle de la diplomatie française et des affairistes de la France-Afrique.

 

Nous demandons au président Macron de privilégier l’histoire de l'amitié entre les peuples français et camerounais. Et par conséquent, d'éviter de laisser le Cameroun sombrer comme la Côte d'Ivoire dans un conflit fratricide. Les institutions politiques camerounaises actuelles sont trop faibles pour assurer, en cas de disparition du président Paul Biya, une élection apaisée surtout si on prend en compte la crise postélectorale en cours depuis le scrutin du 7 octobre 2018, la guerre civile dans les régions anglophones, les luttes de clans au sein du pouvoir et, plus grave, la méfiance des acteurs politiques de l'opposition vis à vis d'Elecam, l'organe électoral.

 

Aux mercenaires israéliens qui, parallèlement au commandement de l'armée, sont en charge de la formation et de l'entraînement du Bataillon d'Intervention Rapide (BIR), nous leur demandons de rester en dehors des bagarres actuelles pour la succession du président Biya. Des dispositions patriotiques sont d'ores-et-déjà prises pour une surveillance serrée de leurs activités sur le territoire national.

 

Il est encore temps de mobiliser toutes les bonnes volontés civiles, militaires, diplomatiques au niveau national, de la communauté internationale, des pays amis du Cameroun pour sauver le grand malade qu'est ce pays aujourd'hui.

 

Nous tenons à réitérer que nous sommes des militaires, et n'entendons pas nous ingérer dans la politique. Que notre déclaration soit donc comprise comme un acte de patriotisme et rien d'autre. Cependant, nous nous réservons le droit d'être aux côtés du peuple si rien n'est fait pour apaiser les Camerounais et rétablir la concorde entre eux.

 

Nous présentons nos condoléances aux familles de nos camarades morts dans cette sale guerre inutile dans les régions anglophones, mais également aux familles des civils tués.

 

Yaoundé, le 22 mai 2019

Pour le Comité, le colonel A. BB

 

Ampliations:

- SG ONU;

- Président UA;

- Président UE (parlement et Commission);

- Gouvernements (français, américain, britannique, allemand, italien, suisse, Afrique du Sud, Israël);

- Directeur de la Commission Politique UA

- Médias

 

(Fin Déclaration du C.H.F.R)

 

Secours-nous, Dieu de notre salut, pour la gloire de Ton nom! Délivre-nous, et pardonne nos péchés, à cause de Ton nom! Psaume 79:9

 

Chers amis et chers frères, après avoir lu cette déclaration des officiers de l'armée Camerounaise, chacun de vous peut maintenant se faire une idée précise de la situation, et plus personne parmi vous ne pourra se laisser encore manipuler par qui que ce soit. La déclaration que vous venez de lire n'est ni d'un responsable de parti politique, ni d'un groupe d'activistes, ni même de la société civile que l'on peut vouloir accuser d'être à la solde d'un parti politique quelconque. Il s'agit de la déclaration de soldats qui connaissent mieux que quiconque l'histoire secrète cachée derrière ces guerres abominables que les démons qui sont au pouvoir imposent au peuple camerounais depuis des années.

 

Le combat spirituel ne porte tous ses fruits que quand ceux qui combattent ressentent le fardeau du peuple pour lequel ils combattent. Avant de vous encourager à vous lancer dans ce combat spirituel, nous trouvons important de vous donner plus d'informations sur les œuvres abominables de cette bande d'ordures qui dirigent le Cameroun depuis 40 ans. Vous devez, en plus de cette déclaration des soldats que vous venez de lire, lire aussi "Le Témoignage d'Ébalé Angounou", que vous trouverez sur le site internet www.mcreveil.org, dans la rubrique Sorcellerie. Toutes ces informations créeront en vous la rage qu'il faut pour mener un combat spirituel victorieux.

 

Comment combattre

 

Mobilisez-vous dans vos assemblées et prenez ce sujet au sérieux. Organisez des chaines de jeûnes et prière pour couvrir les 7 jours de la semaine. Faites l'effort de vous regrouper en groupes de personnes qui désirent ardemment voir ce projet de génocide échouer. N'acceptez pas des personnes non engagées au milieu de vous. Si vous êtes Camerounais, veillez à ce qu'il n'y ait pas au milieu de vous ces démons qui se font passer pour des enfants de Dieu, mais qui appartiennent à satan. Ceux-là, vous les reconnaitrez par leur soutien, non à la justice, mais plutôt au régime satanique qui règne au Cameroun depuis 40 ans. Bien que les œuvres abominables des satanistes qui détruisent ce pays depuis quatre décennies soient mises à nu par la grâce de Dieu, vous avez encore quelques soi-disant chrétiens nés de nouveau, au nombre desquels des pasteurs, qui continuent de soutenir ce satanisme. Ne soyez pas étonnés. Le Seigneur a plutôt choisi de vous révéler la vraie nature de ces prétendus enfants de Dieu. Ce sont des démons.

 

Nous, Enfants de Dieu, ne sommes d'aucun parti politique. Nous sommes pour la justice. Et la justice n'est pas très compliquée à établir. Laissez-nous vous donner quelques exemples. Prenons le cas de ces élections qui se sont déroulées au Cameroun le 07 octobre 2018. Certains disent que le sanguinaire Paul Biya qui en 40 ans de règne absolu n'a rien fait au Cameroun, mais a plutôt aidé les français à piller systématiquement le Cameroun, a gagné. D'autres disent que c'est le Professeur Maurice Kamto qui a gagné. Pour nous qui ne sommes pas dans ce pays ou même de ce pays, il y a des éléments simples qui nous aident à connaitre le vrai vainqueur de ces élections entre les deux qui revendiquent la victoire. Les scores sont de presque 80 pour cent pour Biya, et un peu moins de 15 pour cent, pour le Professeur Kamto.

 

1- Le Professeur Kamto réclame le recomptage des votes, et l'équipe de ceux qui prétendent avoir gagné avec près de 80%, s'y opposent. Pour tous ceux qui sont de la justice, ce seul élément est suffisant pour que l'on comprenne que le tricheur Biya a perdu les élections. C'est une simple question de bon sens. Vous ne pouvez pas prétendre avoir gagné une élection à 71.28%, c'est-à-dire presque 80%, et vous paniquez à l'idée de voir les votes être recomptées. Cela n'est pas possible. Cet élément est l'un de ceux qui nous ont permis de connaitre le vrai vainqueur des élections de 2010 en Côte d'Ivoire. Le pantin Ouattara prétendait avoir gagné les élections avec 54%, le Président Gbagbo avait réclamé le recomptage; Ouattara et sa bande de la criminalité internationale avaient trouvé en cela une grave injustice. Quand le recomptage des votes devient une grave injustice, tout devient clair pour l'homme le plus ignorant du monde.

 

2- Ces mêmes idiots qui prétendent avoir gagné les élections du 07 octobre 2018 au Cameroun, ont volé plusieurs milliards du budget camerounais, pour financer quelques minables voyous de quelques pays occidentaux, pour qu'ils se déguisent en observateurs de Transparency International pour venir valider la forfaiture. C'est encore là une simple question de bon sens. Vous ne pouvez pas prétendre avoir gagné une élection à presque 80%, et vous investissez des milliards de francs pour corrompre quelques voyous qui acceptent de se faire passer pour des observateurs de Transparency International pour confirmer votre victoire. Cela n'est pas possible. C'est encore ce qui s'est passé en Côte d'Ivoire, avec l'aliéné Young-jin Choï et sa bande de voyous en 2010.

 

Rien que ces deux éléments sont largement suffisants pour savoir que le vainqueur de l'élection du 07 octobre 2018 au Cameroun, c'est le Professeur Maurice Kamto. L'on n'a pas besoin d'être intelligent pour le comprendre, et l'on n'a besoin ni de songes, ni de révélations, pour comprendre une chose aussi simple. Si donc pour une chose aussi simple vous trouvez des soi-disant chrétiens qui prétendent ne rien comprendre, et combattent le Président Élu du Cameroun, le Professeur Maurice Kamto, sachez que ce sont des sorciers qui bénéficient du système satanique corrompu qui ronge et détruit ce beau pays depuis 40 ans. Ces démons ne sont pas des chrétiens, peu importe le titre qu'ils portent. Ne vous laissez donc plus tromper. Si vous identifiez quelques démons pareils, chassez-les de tout groupe de prière, sinon ils mèneront le combat contraire pour annuler tout ce que vous ferez.

 

Enfants de Dieu, levez-vous et intercédez pour le Cameroun. Pendant que les combattants patriotes mènent le combat physique comme ils sont en train de le faire, vous devez mener le combat spirituel. Vous savez très bien que la victoire d'un combat comme celui-ci ne peut se remporter que dans le spirituel. C'est donc sur le peuple de Dieu que repose ce combat pour la libération du Cameroun, et de l'Afrique. Levez-vous et lancez-vous dans l'intercession de tout votre cœur.

 

La bande à Ferdinand Ngoh Ngoh et tous ceux que les soldats ont cités dans leur déclaration, sont des démons, et non des hommes normaux. Tous ceux qui ne croyaient pas en Dieu, seront obligés de croire cette fois-ci. Ils n'ont pas de choix. Ils ont toutes les preuves maintenant que Paul Biya, Ferdinand Ngoh Ngoh et les autres ordures qui constituent leur bande, ne sont pas des hommes normaux. Ce sont des démons. Vous ne verrez jamais un homme normal se plaire à tuer des milliers de personnes, dans le but de satisfaire son ego. Chaque homme normal connait la valeur de la vie humaine. Tout homme normal a dans son cœur une petite sensibilité. Que des gens soient à l'aise à détruire tout un beau et riche pays comme le Cameroun, en tuant des millions de personnes juste pour assouvir leur ego, c'est là le propre des satanistes. Ces monstres sont donc des démons.

 

Ceux qui ne croyaient pas à la Bible doivent maintenant se rendre à l'évidence qu'ils s'étaient trompés. Dieu nous enseigne clairement dans la Bible que certains hommes sur la terre sont des démons, et que ces hommes sont d'ailleurs les plus nombreux. Nous vous recommandons un enseignement intitulé "Le Discernement", qui traite dans les détails ce sujet. Vous trouvez cet enseignement sur le site Internet www.mcreveil.org. Nous espérons que tous ces Camerounais et Africains qui avaient du mal à accepter l'autorité de la Bible, pourront maintenant croire. Il vous sera plus facile maintenant d'accepter que toutes ces ordures que vous respectiez par ignorance à cause de leurs grands titres de présidents, de ministres, d'officiers supérieurs de l'armée, de directeurs généraux et autres, qui se nourrissent du sang humain, de la chair humaine, des menstrues des femmes, et d'autres abominations qui vous donnent la nausée lorsque vous y pensez, ne sont pas des hommes, comme la Bible nous l'enseigne. Ce sont des démons venus au monde avec la nature humaine, pour contaminer le monde.

 

Vous Chrétiens et Enfants de Dieu du Cameroun qui vous laissez corrompre pour soutenir l'injustice, le Seigneur Jésus-Christ vous observe. Avant de choisir de soutenir l'injustice, sachez que vous rencontrerez le Dieu de justice dans les prochains jours. Si vous souteniez l'injustice avant parce que vous ne connaissiez pas les œuvres abominables du régime du sataniste Paul Biya, vous n'aurez plus d'excuses maintenant. Dieu a choisi Lui-même de mettre les crimes abominables du démon Paul Biya et de sa bande à nu, totalement à nu. Vous ne pouvez donc plus soutenir ce degré de satanisme et espérer échapper à la colère de Dieu. Vous ne pouvez plus prétendre être ignorants. Pour votre propre édification, prenez le temps de bien lire "Le Témoignage d'Ébalé Angounou", et "La Vérité sur le Sida", que vous trouverez sur le site Internet www.mcreveil.org. Ces articles vous permettent de connaitre qui est le sanguinaire et blasphémateur Paul Biya.

 

Pour vous tous qui opterez pour l'entêtement, vous expliquerez à Dieu sur quelle base vous supportiez et souteniez un régime purement satanique comme celui de Biya bi Mvondo. Vous pouvez comme d'habitude aller dans la Bible fouiller des versets dont vous allez en tordre le sens pour tenter de vous justifier. Le Seigneur, qui a mis en vous Son Saint-Esprit pour vous aider chaque fois à distinguer le bien du mal, vous attend. Vous pouvez mentir à vous-mêmes, vous pouvez mentir aux hommes, vous ne réussirez jamais à mentir à Dieu. Il est donc temps pour vous d'abandonner le tribalisme, la corruption, la compromission, si vous croyez réellement être Enfants de Dieu, et si vous avez l'intention de rentrer dans le Ciel de Jésus-Christ.

 

Chrétiens du monde entier, levez-vous et joignez-vous aux Chrétiens du Cameroun pour implorer la miséricorde du Dieu vivant pour le Cameroun. Chrétiens, partout où vous êtes, priez pour le Cameroun, pour faire échouer ce projet de génocide en préparation.

 

Voici les sujets de prière:

 

Suppliez Dieu pour qu’Il annule le décret de génocide signé contre le Cameroun dans le monde des ténèbres.

 

Suppliez Dieu pour qu’Il annule les incantations du démon Paul Biya, qui avait déclaré qu'après lui, ce serait le chaos au Cameroun.

 

Suppliez Dieu pour qu’Il protège le Président Élu Maurice Kamto, tous ses alliés, et tous les membres de son parti qui sont avec lui en prison.

 

Suppliez Dieu pour qu’Il fasse échouer tous les projets d'assassinat contre le Président Élu Maurice Kamto, et ses alliés.

 

Suppliez Dieu pour qu’Il libère le Cameroun et les Camerounais de tous les pactes que les démons qui sont encore au pouvoir avaient signés avec lucifer dans des cimetières.

 

Semez au nom de Jésus-Christ la confusion totale dans le camp de ces vampires qui planifient le génocide pour ravitailler leurs différentes banques de sang dans le monde satanique.

 

Séchez tout le sang que ces vampires ont en réserve, et ordonnez que tout le sang qu'ils ont bu, et toute la chair humaine qu'ils ont mangée, deviennent un poison en eux et les détruisent tous au nom de Jésus-Christ.

 

Les gens de la famille ou du village du président du sénat Niat Marcel qui soutenaient le régime sanguinaire de Biya parce que leur parent était président du sénat, ont maintenant compris que le président du sénat sera lui aussi assassiné si le coup du monstre Ferdinand Ngoh Ngoh et sa bande venait à réussir. Ils ont maintenant intérêt à rejoindre le peuple dans cette lutte.

 

Les gens de la famille ou du village du ministre de la justice Laurent Esso qui soutenaient le régime sanguinaire de Biya parce que leur parent était ministre de la justice, ont maintenant compris que Mr Esso sera lui aussi assassiné si le coup du monstre Ferdinand Ngoh Ngoh et sa bande venait à réussir. Ils ont eux aussi maintenant intérêt à rejoindre le peuple dans cette lutte.

 

Nous invitions donc tous les "chrétiens" tribalistes qui ne pouvaient pas mener ce combat spirituel parce que l'un de leurs parents étaient l'un des grands de ce régime satanique, à se repentir, et rejoindre les vrais Enfants de Dieu dans le combat pour la libération totale du Cameroun. Si le chaos s'installe au Cameroun, ils n'échapperont pas, contrairement à ce qu'ils pensent.

 

Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur
Jésus-Christ d'un amour inaltérable!

 

Invitation

 

Chers frères et sœurs,

 

Si vous avez fui les fausses églises et voulez savoir ce que vous devez faire, voici les deux solutions qui s'offrent à vous:

 

1- Voyez si autour de vous il y a quelques autres enfants de Dieu qui craignent Dieu et désirent vivre selon la Saine Doctrine. Si vous en trouvez, sentez-vous libres de vous joindre à eux.

 

2- Si vous n'en trouvez pas et désirez nous rejoindre, nos portes vous sont ouvertes. La seule chose que nous vous demanderons de faire, c'est de lire d'abord tous les Enseignements que le Seigneur nous a donnés, et qui se trouvent sur notre site www.mcreveil.org, pour vous rassurer qu'ils sont conformes à la Bible. Si vous les trouvez conformes à la Bible, et êtes prêts à vous soumettre à Jésus-Christ, et à vivre selon les exigences de Sa parole, nous vous accueillerons avec joie.

 

Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec vous!

 

Source & Contact:

Site Internet: https://www.mcreveil.org
E-mail: mail@mcreveil.org

Cliquez ici pour télécharger ce Livre en PDF